Photograph of psychoanalyst Ron Britton

Ron Britton

Le travail de Ron Britton se caractérise par son souci de la vérité ; qu’est-ce qui est réel et comment le savons-nous ? Sa réponse fait suite à celle de Keats – « Rien ne devient réel jusqu’à ce que ce soit éprouvé » – et ses contributions en découlent.

Britton est un analyste didacticien et superviseur de la Société britannique de psychanalyse. De formation médicale, c’est en tant que pédopsychiatre qu’il prit la direction du service « Enfants – Parents » à la Tavistock Clinic, où il s’investit dans le traitement des enfants carencés et de leurs parents. Cette expérience a influencé sa pensée psychanalytique qui considère l’importance de l’« enfance » comme expérience formative.

Les psychanalystes dont il a suivi les enseignements et ses collègues ont joué un rôle essentiel. Ses fondements théoriques reposent sur ceux de Freud, Klein et des post-kleiniens. Par ailleurs, il a su nous faire bénéficier de ses vastes intérêts dans des domaines comprenant la philosophie, la théologie, la science et surtout, par sa passion pour la poésie, qu’il envisage comme soubassement de la compréhension psychologique. C’est sans doute à cette dernière que l’on doit sa contribution la plus originale. En effet, Britton nous propose sa compréhension psychanalytique de l’imagination en tant que source d’inspiration.

(Vidéos en anglais)

L’importance de la croyance

Les contributions majeures de Britton ont été rassemblées dans deux ouvrages. Dans Belief and Imagination (1998) [La croyance et l’imagination] il développe ses idées sur la vérité et la réalité psychique. Il émet l’hypothèse que c’est la croyance qui confère le statut de réalité aux fantasmes et aux idées, qui sont alors envisagés comme des faits. Il considère la croyance comme un constituant de la pulsion épistémophilique essentielle à la vie face à l’incertitude. Les croyances sont des fantasmes qui sont traités comme des objets psychiques, investis émotionnellement. Y renoncer nécessite un travail de deuil. Il distingue la croyance de la connaissance, qui est souvent traitée comme telle, au motif que le détenteur d’une croyance accepte la possibilité qu’elle soit fausse. Il propose que le fait de savoir que l’on a une croyance, alors que l’on n’est pas en présence d’un fait, nécessite un développement psychologique, c’est-à-dire la capacité de faire se rassembler l’expérience subjective avec la conscience objective de soi afin d’arriver à se voir soi-même en train de croire. Il suggère que cela nécessite la présence d’un espace psychique triangulaire avec une position tierce à partir de laquelle le self subjectif peut être observé lors de sa relation avec une idée. Cela est nécessaire dans l’épreuve de la réalité et dépend de la tolérance à une version interne du complexe d’Œdipe.

Le complexe d’Œdipe et la réalité psychique

Tout au long de son œuvre, Britton a mis l’accent sur le complexe d’Œdipe en tant que fondement de la réalité psychique et sur la pertinence clinique des défenses à l’encontre de cette prise de conscience, y compris des illusions œdipiennes. Cependant, c’est la compréhension particulière qu’il accorde à l’importance du rôle de la triangulation interne, représentant les liens entre l’enfant et ses parents, dans la croissance de la connaissance et de la vie psychique qu’on distingue comme étant particulièrement originale. Ses idées, publiées dans The Missing Link  (1989) [Le lien manquant], ont été élaborées au cours de son travail auprès de patients pour qui la perception d’un lien entre les parents prenait une allure de catastrophe. Par conséquent, Britton suggère que ces patients ne peuvent pas développer de prototype de relation d’objet au sein de laquelle ils ne seraient que témoins et non acteurs. Il n’y a pas d’élaboration d’une position tierce. En voici les conséquences cliniques qui suivent les distinctions établies par Rosenfeld:

  • Des patients qui ne peuvent pas tolérer l’objectivité : syndrome de peau fine
  • Des patients qui ne peuvent pas tolérer la subjectivité : syndrome de peau épaisse
  • Un mélange ou un panachage des deux

Britton explique cela en termes de défaillance primaire de la contenance maternelle où le bon objet maternel est préservé en projetant l’expérience de malentendu dans un objet tiers qui personnifie l’incompréhension malveillante. Tout comme Bion, il implique un facteur inné, concomitant à la défaillance maternelle, qu’il appelle atopie psychique, une hypersensibilité aux différences psychiques, qu’il fait équivaloir à -C.

La triangulation œdipienne interne est aussi la scène sur laquelle Britton situe l’imagination. Il considère l’imagination comme un espace mental fantasmé qui est soit une façon d’échapper à la vérité soit une façon de la rechercher selon que le fantasme sous-jacent correspond à l’accomplissement d’un désir ou à la recherche de la vérité. Cet espace poétique contient un couple primaire qui reste inaccessible à l’observation et peut être seulement imaginé. Ses études sur la poésie fournissent une vérification de ses idées par leur profondeur explicative.

Dans Sex, Death, and the Superego [La sexualité, la mort et le surmoi] Britton réévalue ses théories à la lumière de l’expérience clinique. La réalité psychique dont l’essence même est le complexe d’Œdipe demeure son principal intérêt. Il explore la fonction des illusions œdipiennes en s’appuyant sur des études de l’hystérie et du complexe de castration féminin. Réexaminant la question du narcissisme, il soutient la distinction entre motifs libidinaux et motifs destructeurs. Plus important encore, il réévalue la relation entre le moi et le surmoi et situe la position tierce de l’observation du self dans le moi, décrivant la lutte pour maintenir celle-ci face aux formes du surmoi qui usurpent l’autorité par la morale et la terreur. C’est ce qui étaie son importante contribution à la compréhension de l’angoisse de publier de l’écrivain.

David Simpson, 2012


Principales publications

1989 Britton, R. ‘The Missing Link: Parental Sexuality in the Oedipus Complex’, J. Steiner (ed.) The Oedipus Complex Today: Clinical Implications. Karnac. Le lien manquant : la sexualité des parents dans le complexe d’Œdipe in Journal de la Psychanalyse de l’Enfant n° 24,1999.

1992 Britton, R. ‘The Oedipus Situation and the Depressive Position’ [La situation œdipienne et la position dépressive], R. Anderson (ed.) Clinical Lectures on Klein and Bion. Routledge.

1998 Britton, R. Belief and Imagination [La croyance et l’imagination]. Routledge.

2003 Britton, R. Sex, Death, and the Superego [La sexualité, la mort et le surmoi]. Karnac.

2015 Britton, R. Between Mind and Brain: Models of the Mind and Models in the Mind [Entre l’esprit et le cerveau. Modèles de pensée et modèles dans la pensée]. Karnac.