Photograph of Robert Hinshelwood

Robert Hinshelwood

Bob Hinshelwood est un auteur prolifique depuis 35 ans, dont l’œuvre considérable porte aussi bien sur la psychanalyse clinique et théorique que sur l’application de la pensée psychanalytique à d’autres champs, notamment les groupes, les organisations et les sciences sociales. Il a été également un enseignant passionné et un chercheur érudit en psychanalyse, occupant le poste très éminent de Professeur de psychanalyse à l’université d’Essex.

Débuts

Jeune médecin dans les années 1960, avant de venir à la psychanalyse, Bob Hinshelwood s’est intéressé au mouvement de l’antipsychiatrie, dont les représentants R. D. Laing et David Cooper lançaient un défi à la psychiatrie orthodoxe, et aux communautés thérapeutiques  qui offraient à la psychiatrie un nouveau modèle. Il adopta une approche qui mettait l’accent sur l’expérience subjective de la psychose et sur le contexte social de la maladie mentale au lieu de s’intéresser aux seuls symptômes et à leur éradication par un traitement. Fasciné par le travail de Bion sur les groupes et celui d’Isabel Menzies-Lyth sur les systèmes sociaux, il s’intéressa à la dynamique de groupe et à son application en psychiatrie, comme dans les communautés thérapeutiques. Son désir de mieux comprendre la psychose fut l’une de ses motivations pour entreprendre une formation psychanalytique en optant pour une approche kleinienne.

Etudes kleiniennes

C’est son engagement comme enseignant dans un séminaire sur Melanie Klein qui amena Hinshelwood à étudier l’œuvre de celle-ci de manière approfondie, incluant dans son étude les minutes des Controverses qui n’avaient pas encore été publiées. Fasciné par la richesse des écrits de Melanie Klein, toutefois difficiles à assimiler, il s’intéressa à la manière de les rendre plus accessibles. Ceci l’amena finalement, sur la suggestion de Robert Young, à publier le Dictionary of Kleinian Thought (1989) [Dictionnaire de la pensée kleinienne], tentative théorique solitaire d’explication de la pensée et du développement historique des concepts kleiniens. Celui-ci fut ensuite complété par un ouvrage qui proposait une approche clinique de ces concepts, Clinical Klein (1994) [Le génie clinique de Melanie Klein et les apports de ses disciples], qui présentait du matériel clinique publié par Melanie Klein et ses successeurs, et montrait comment les concepts se sont développés à partir du travail clinique et comment ils sont utilisés par les analystes kleiniens.

Les groupes, les communautés thérapeutiques et les organisations

Hinshelwood garda un intérêt profond pour les groupes et les systèmes sociaux tout au long de sa carrière, influencé initialement par Isabel Menzies-Lyth, qui avait été l’un de ses superviseurs pendant sa formation analytique. Il s’est intéressé tout particulièrement aux communautés thérapeutiques en tant que forme sociale de traitement et il a été directeur du Cassel Hospital (1993-1997). Il commença par publier sur la théorie et la pratique des communautés thérapeutiques (1979), puis sur les petits et les grands groupes (1987). Utilisant une approche psychanalytique kleinienne, il développa des modes de compréhension créatifs de la vie inconsciente des organisations et de la manière dont leur fonctionnement manifeste se trouve modelé par des angoisses, des fantasmes inconscients et des défenses socialement partagés. Il développa une méthode psychanalytique d’observation des institutions (2000) fondée sur la méthode de l’observation de bébés d’Esther Bick. Dans diverses publications, il a exploré l’interaction entre le monde interne des individus et le monde externe des organisations en s’efforçant de comprendre les institutions sociales et la société en général en termes d’angoisses inconscientes et de défenses (2001, 2002).

Histoire de la psychanalyse

L’étude approfondie de Melanie Klein et de son évolution éveilla l’intérêt d’Hinshelwood pour l’histoire de la psychanalyse en Grande-Bretagne. Il explora ainsi le tout début de la psychanalyse au Royaume Uni (1995) et le développement du groupe kleinien (1997 a) ainsi que « le mythe du compromis britannique » après les Controverses (dans un article qui n’a été publié qu’en allemand et en français). Divers articles historiques et chapitres de livres sur Melanie Klein, Bion, Susan Isaacs, la psychiatrie psychodynamique et Virginia Woolf et, très récemment, un livre sur les influences intellectuelles de Bion (2013a) ont suivi. Son intérêt pour l’histoire des idées en psychanalyse l’a aussi amené à diriger deux livres rassemblant des articles essentiels des années vingt et quarante.

Autres intérêts

Il s’est aussi aventuré dans d’autres domaines, tels l’éthique de la psychanalyse et de la psychothérapie (1997b) et les problèmes liés à la recherche en psychanalyse (2013b).

Activités éditoriales

Hinshelwood a également exercé une influence très importante sur ses collègues dans le monde de l’édition en psychothérapie et en psychanalyse. Il a fondé trois revues, l’International Journal of Therapeutic Communities [Revue internationale des communautés thérapeutiques] (qui s’appelle maintenant Therapeutic Communities [Communautés thérapeutiques]) en 1980 et le British Journal of Psychotherapy [Revue britannique de psychothérapie] en 1984, qu’il a dirigées toutes les deux pendant plusieurs années, et Psychoanalysis and History [Psychanalyse et histoire] en 1998. Toutes ces revues continuent à prospérer. Il a également encouragé de nombreux collègues, souvent plus jeunes, à écrire et les a soutenus dans leurs efforts en rassemblant leurs contributions dans des ouvrages qu’il dirigeait ou en écrivant souvent des articles ou en éditant des livres avec eux.

Wilhelm Skogstad, 2014


Principales publications

1979 Hinshelwood, RD and Manning, N (eds). Therapeutic Communities: Reflections and Progress [Les communautés thérapeutiques : réflexions et progrès]. London: Routledge.

1987 Hinshelwood, RD. What Happens in Groups [Ce qui se passe dans les groupes]. London: Free Association Books.

1989 Hinshelwood, R. D. Dictionary of Kleinian Thought. London: Free Association Books; Dictionnaire de la pensée kleinienne, trad. G. Nagler, Paris, PUF, 2000.

1994 Hinshelwood, R. D. Clinical Klein. London: Free Association Books; Le génie clinique de Melanie Klein et les apports de ses disciples, trad. M. Robert, Paris, Payot, 2001.

1995 Hinshelwood, RD. ‘Psycho-analysis in Britain: points of cultural access 1893-1918‘ [La psychanalyse en Grande-Bretagne: éléments d’une approche culturelle], International Journal of Psychoanalysis. 76: 135-151.

1997a Hinshelwood, RD. ‘The elusive concept of ‘internal objects’ and the origins of the Klein group 1934-1943‘ [L’insaisissable concept d’ « objets internes » et l’origine du groupe de Melanie Klein 1934-1943], International Journal of Psychoanalysis. 78: 877-897.

1997b Hinshelwood, RD. Therapy or Coercion: Does Psychoanalysis Differ from Brainwashing? [Psychanalyse et contrainte : la psychanalyse diffère-t-elle du lavage de cerveau ?] London: Karnac.

2000 Hinshelwood, RD and Skogstad, W (eds). Observing Organisations: Anxiety, Defence and Culture in Health Care [Observer les organisations : angoisse, défense et culture dans le monde de la santé]. London: Routledge.

2001 Hinshelwood, RD. Thinking About Institutions: Milieux and Madness [Réflexion sur les institutions : milieux et folie]. London: Jessica Kingsley.

2002 Hinshelwood, RD and Chiesa, M (eds). Organisations, Anxiety and Defence [Organisations, angoisse et défense]. London: Whurr Publications.

2013a Hinshelwood, RD and Torres, N. Bion’s Sources [Les sources de Bion]. London: Routledge.

2013b Hinshelwood, RD. Research on the Couch: Single Case Studies, Subjectivity and Psychoanalytic Knowledge [Recherches sur le divan : études de cas, subjectivité et connaissance psychanalytique]. London: Routledge.