Photograph of psychoanalyst Hanna Segal

Hanna Segal

« C’est quand notre monde interne est détruit, mort et dépourvu d’amour, c’est quand nos objets d’amour sont en miettes, et que nous sommes nous-mêmes dans un état de désespoir absolu – c’est à ce moment-là que nous devons à nouveau recréer notre monde, en rassembler les morceaux, insuffler la vie dans les parties mortes, recréer la vie. »

Segal, ‘Une approche psychanalytique de l’esthétique’, 1952, cité dans Quinodoz, p.26

L’influence de Segal se révéla dans une circonstance inattendue. Ce fut lorsque, à son insu, la phrase que nous venons de citer servit de point de ralliement pour le mur d’exposition du World Trade Center. Ce projet prit jour à la suite de l’attaque terroriste du 11 septembre 2001, et donna lieu à  un mur d’une douzaine de mètres de haut, situé sur l’ Equitable Building de New York, et symbolisant la prééminence des forces de vie sur les forces de destruction.

(En polonais, sous-titré en anglais)

Premières années de vie

Hanna Segal, née Poznanska, naquit en 1918 dans une famille cultivée de la province de Lodz en Pologne. Elle grandit à Varsovie, ses parents voyageant beaucoup à l’instar des personnes de leur milieu culturel. La perte de sa sœur Wanda alors qu’elle avait deux ans et demi – et que celle-ci était âgée de quatre ans- fut pour elle une cruelle blessure. Elle se décrivit ultérieurement comme une enfant solitaire à la maison, reportant ses intérêts sur les études.

Lorsqu’elle fut âgée de treize ans, sa famille s’établit à Genève, ce qui la mit au contact de différentes cultures et situations politiques. A l’âge de seize ans, elle fit le choix de retourner en Pologne pour suivre le cycle d’études polonais. Elle lut tout ce qu’elle pouvait de Freud, voire plus. Sa famille étant expulsée de Genève vint habiter Paris, où elle la rejoignit en 1939. En 1940 , la famille émigra au Royaume Uni et elle s’installa à Edimbourg pour y achever ses études médicales.

Carrière et publications

Segal obtint sa qualification d’analyste de la British Psychoanalytical Society en 1945, à l’âge de 27 ans. L’article fondamental de Klein ‘Notes sur quelques mécanismes schizoïdes’ eut sur elle, qui avait été analysée par Klein, l’effet d’une bombe…et pourtant il lui paraissait familier. Les années qui suivirent sa qualification furent remarquables. Alors qu’elle venait d’avoir son premier enfant, elle écrivit deux articles qui servirent de base à ce qu’elle décrivit comme le « plan semi-conscient »  de l’œuvre de toute sa vie.

Le premier de ces articles, publié ultérieurement, s’intitule : ‘Une approche psychanalytique de l’esthétique’ (1952).  Le second, qui fut son mémoire d’habilitation, a pour titre :  ‘Quelques aspects de l’analyse d’un schizophrène’ (1950) . Nous y trouvons la base de ses deux grands intérêts : la créativité et la psychose. Publiés initialement dans International Journal of Psychoanalysis, ces deux articles, et d’autres recouvrant une période d’une trentaine d’années, furent finalement regroupés et publiés dans un ouvrage intitulé The Work of Hanna Segal : Delusion and Artistic Creativity and other Psycho-analytic Essays (1986) (cf tr.fr. : Délire et créativité, 1987)

Les premières années de la carrière psychanalytique de Segal virent aussi paraître deux ouvrages, Introduction to the Work of Melanie Klein (1964), (tr.fr. : Introduction à l’œuvre de Melanie Klein, 8e ed.1997) et Melanie Klein : développement d’une pensée (tr.fr. 2e ed., 1995). Betty Joseph commente en ces termes la compréhension intuitive de Segal vis-à-vis de la pensée kleinienne : « cette compréhension ne tient pas seulement au fait qu’elle fut en analyse avec Klein ; il y a là quelque chose de plus profond et de plus intelligent. »

Au cours de sa longue carrière consacrée à la pratique, à l’enseignement et à l’écriture psychanalytiques, Segal publia ultérieurement trois ouvrages : Dream, Phantasy and Art (1991), Psychoanalysis, Literature and War (1997)  et Yesterday, Today and Tomorrow (2007).

Concepts contradictoires

L’on est frappé par la nature contradictoire des concepts développés par Segal. C’est le cas, par exemple, de ses textes fondamentaux sur symbole et équation symbolique, créativité et illusion, pulsion de vie et pulsion de mort phantasme et réalité.

Dans son dernier ouvrage, elle met en parallèle la chute d’Adam et Eve avec celle de Lucifer, sous l’angle de la curiosité et du voyeurisme. Dans tous ces textes, nous retrouvons l’effort de toute une vie pour explorer la relation étroite qu’entretiennent entre eux la créativité et le fonctionnement psychotique. Dans le domaine socio-politique, elle explore avec profondeur et clarifie la relation entre forces saines ou psychotiques, en rapport avec la lien avec la prolifération nucléaire et la guerre, ainsi que la signification symbolique et l’impact psychologique des attentats du 11 septembre.

Segal, Herbert Rosenfeld, Wilfried Bion et Betty Joseph constituent un petit groupe de penseurs fondamentaux dont l’influence s’est révélée centrale pour le développement de la psychanalyse. Ils se retrouvèrent initialement dans un séminaire restreint dirigé par Klein. John Steiner décrit leurs travaux initiaux comme animés de l’enthousiasme des pionniers.

L’on demanda à Segal, à la fin de sa vie, ce qui lui semblait être l’héritage le plus important à léguer à la psychanalyse. Bien que son sentiment fût passé de l’optimisme à la détermination, elle maintint l’importance essentielle d’une attention soutenue envers le pouvoir de la partie psychotique chez le patient – mais aussi chez l’analyste, et dans le monde socio-politique.

Hanna Segal est décédée en 2011.

Nicola Abel-Hirsch, 2012


Principales publications

Principales publications parues en langue française :

1964 Segal, H. Introduction à l’œuvre de Melanie Klein, tr.fr. Paris, PUF,  8e éd. 1997

1979 Segal, H. Melanie Klein. Développement d’une pensée. Tr.fr. Paris, PUF, 2e éd. 1985

1981 Segal, H. Délire et créativité, tr.fr. Paris, éd. Des Femmes, 1987

1990 Segal, H. Rêve, Art, Phantasme, tr.fr. Paris, Bayard, 1993

1999 Segal, H. ‘Le complexe d’Œdipe aujourd’hui’, Journal de la Psychanalyse de l’Enfant n°24, L’Œdipe

2001 Segal, H. ‘L’interprétation des rêves‘, Journal de la Psychanalyse de l’Enfant n°28, Le rêve

2002 Segal, H. ‘Salman Rushdie et la mer des Histoires’Journal de la Psychanalyse de l’Enfant n°31 ,L’archaïque : aspects théoriques

NB     cf l’ouvrage de Jean-Michel Quinodoz  : A l’écoute d’Hanna Segal, sa Contribution à la Psychanalyse, Paris, éd. PUF, 2008. Il s’agit d’un recueil d’interviews inédits de l’auteure comprenant des citations de textes importants d’Hanna Segal.