Photograph of Edna O'Shaughnessy

Edna O’Shaughnessy

Edna O’Shaughnessy est membre éminente et analyste didacticienne et superviseuse de la Société britannique de psychanalyse. Elle est venue à la psychanalyse après une formation en philosophie. Quittant l’Afrique du Sud pour s’installer au Royaume-Uni dans les années 1950, elle s’est formée à la psychothérapie d’enfants à la Tavistock Clinic où elle fut supervisée par Esther Bick, Betty Joseph et Hanna Segal. Puis elle s’est formée à la psychanalyse au sein de la Société britannique de psychanalyse dans les années 1960 avec Roger Money-Kyrle comme analyste didacticien.

La bibliographie exhaustive des écrits d’Edna O’Shaughnessy (dont la liste figure dans le document téléchargeable à la fin de cet article) met l’accent sur deux facettes de son œuvre: les organisations défensives de la personnalité et le surmoi pathologique.

(vidéo en anglais)

Les organisations défensives

Prenant appui sur les théories de Melanie Klein, O’Shaughnessy fit partie d’un groupe influent d’analystes post-kleiniens qui, à la fin des années 1970 et dans les années 1980, explicitèrent les vicissitudes des organisations défensives de la personnalité. Ses deux articles les plus importants sur ce thème ont pour titre,  « A clinical study of a defensive organization » [Etude Clinique d’une organisation défensive] (1981) et « Enclaves and Excursions » [Enclaves et excursions] (1992).

Dans le premier de ces articles, elle présente un compte-rendu très vivant de l’analyse d’un homme dont le système de défenses organisé traversa quatre phases lorsqu’il émergea du narcissisme. Lors de la première phase, le patient fut assailli d’angoisses lorsque son organisation défensive s’effondra. A la phase suivante, l’organisation défensive, qui s’était réinstallée, put être alors amenée dans la relation transférentielle avec l’analyste. Dans la troisième phase, le patient fut en mesure d’exploiter son organisation défensive pour satisfaire sa cruauté et son narcissisme. Lors de la quatrième et dernière phase, le patient se montra davantage capable de tolérer ses angoisses et son organisation défensive devint moins rigide bien que des clivages persistent dans son moi.

On peut lire l’article d’O’Shaughnessy non seulement pour apprécier ses insights sur la nature pathologique des organisations défensives, mais aussi sur la rigidité qu’elles confèrent au fonctionnement psychique. Elle montre comment ces organisations demeurent souvent cachées jusqu’à ce que l’analyste soit en mesure d’observer l’absence de progrès dans le développement du patient en dépit d’un affermissement considérable de son moi.

Ces questions sont examinées plus avant dans le second article clé d’O’Shaughnessy sur les organisations pathologiques intitulé « Enclaves and excursions » [Enclaves et excursions] (1992). Elle a inventé ces termes pour désigner différents types de mises en actes (enactments) dans lesquelles l’analyste se trouve poussé à protéger l’équilibre du patient face à un contact émotionnel ressenti comme trop effrayant. Dans les enclaves, le patient entraîne l’analyste dans une relation qui, bien que trop proche, ne suscite pas trop de bouleversement pour le patient comme pour l’analyste. Cette relation avec l’analyste est une relation narcissique, le patient n’entrant en relation qu’avec les aspects de l’analyste qui s’accordent avec certaines visions prédéterminées de ce que devrait être l’analyste. Dans les excursions, il ne s’agit pas tant de limiter le contact avec l’objet que d’éviter plus radicalement tout contact émotionnel. O’Shaughnessy insiste sur la nature spatiale de ces positions narcissiques que John Steiner a davantage élaborées avec son concept de retraits psychiques (1).

Les formes pathologiques du surmoi

Considérant les formes anormales du surmoi, Bion a utilisé le terme de « surmoi destructeur des fonctions moïques “(2) pour décrire des zones de fonctionnement dissociées qui résultent en la formation d’un « sur »-moi pathologique. Elaborant davantage ce concept dans son article « Relating to the Super-ego » [Etre en relation avec le surmoi] (1999), O’Shaughnessy considère que le surmoi normal s’origine dans les relations d’objet les plus précoces tandis que le surmoi anormal naît des premières dissociations infligées et endurées dans l’enfance. Le surmoi normal, comme le surmoi pathologique, observent le moi « de haut », mais le surmoi anormal se trouve dissocié des fonctions moïques telles la mémoire, la compréhension, l’attention et le questionnement.

Clarté et compassion

A la lecture des articles d’O’Shaughnessy, on est frappé, non seulement par la clarté de sa pensée, mais aussi par la profondeur de sa compréhension et son aptitude à penser latéralement des questions complexes. Elle fait preuve de compassion pour les angoisses et dilemmes que rencontrent patient et analyste, une attitude qu’elle transmet lors de son travail de superviseur. Elle reconnaît également  la singularité de chaque couple patient/analyste, prenant en compte à la fois le caractère unique de leur rencontre et le caractère universel de certaines de leurs luttes.

O’Shaughnessy continue à écrire et à superviser. Elle a récemment co-édité et publié avec Elizabeth Spillius un livre intitulé Projective identification, the Fate of a Concept [L’identification projective, destin d’un concept] (2011). Richard Rusbridger est en train d’éditer et de préparer la publication d’un ouvrage proposant une sélection d’articles d’O’Shaughnessy.

Eileen McGinley, 2012


Principales publications

1981 O’Shaughnessy, E. ‘A clinical study of a defensive organization’International Journal of Psychoanalysis. 62:359-428. Publié à nouveau dans E. Spillius, (ed.) Melanie Klein Today [Melanie Klein aujourd’hui], Vol. 2. Routledge (1988). Etude clinique d’une organisation défensive in Libres cahiers pour la psychanalyse, 2001/2, n° 4.

1992 O’Shaughnessy, E. ‘Enclaves and Excursions’[Enclaves et excursions]. International Journal of Psychoanalysis. 73(4): 603-614.

1999 O’Shaughnessy, E. ‘Relating to the superego’ [Etre en relation avec le surmoi]. International Journal of Psychoanalysis. 80(5): 861-870. Publié à nouveau dans C. Mawson (ed.) Bion Today [Bion aujourd’hui]. Routledge (2011).

2011 Spillius, E. and O’Shaughnessy, E. (eds.) Projective Identification: The Fate of a Concept[L’identification projective, destin d’un concept]. Routledge.

2014 O’Shaughnessy, E. and Rusbridger, R. (ed). Inquiries in Psychoanalysis: Collected Papers of Edna O’Shaughnessy [Questions de psychanalyse : les écrits d’Edna O’Shaughnessy]Routledge.

Références

1) Steiner, J. 1993. Psychic Retreats. Routledge. Retraits psychiques, 1996, Paris, PUF.

2) Bion, W. 1962. Learning from Experience. Karnac. Aux sources de l’expérience, Paris, PUF, 1979.