Le Surmoi

Le surmoi est une structure interne ou une partie du self qui, telle une autorité interne, influe sur le self, émet des jugements, exerce une pression morale  et constitue le siège de la conscience, de la culpabilité et de l’estime de soi. Dans la pensée kleinienne, le surmoi est composé d’une partie clivée du moi dans laquelle se trouve projetée la pulsion de mort liée avec la pulsion de vie et les bons et mauvais aspects des objets primaires et des objets plus tardifs. Le surmoi acquiert des qualités tout à la fois protectrices et menaçantes. Le surmoi et le moi partagent différents aspects des mêmes objets. Ils se développent de manière parallèle à travers les processus d’introjection et de projection. Lorsque tout se passe bien, les objets internes présents dans le moi comme dans le surmoi, qui se présentent initialement sous une forme extrême, deviennent moins excessifs et les deux structures se réconcilient de plus en plus.

Dans la conception de Melanie Klein, le surmoi commence à se former dès le début de la vie, et non avec la résolution du complexe d’Œdipe comme l’avait théorisé Freud. Le surmoi précoce est très sévère et devient moins exigeant et plus réaliste au fil du développement. Lorsque le développement est pathologique, le surmoi précoce sévère ne se modifie pas et dans les cas extrêmes, les aspects désintriqués terrifiants et idéalisés des premiers objets se trouvent clivés par le moi et relégués dans une zone profonde de l’inconscient. Melanie Klein en est venue à envisager ces objets partiels désintriqués comme séparés du surmoi, alors que d’autres auteurs considèrent qu’ils forment un surmoi anormalement destructeur. Qu’on les considère comme faisant partie ou non du surmoi, ces objets internes excessifs sont considérés par Melanie Klein et les autres auteurs comme associés à une perturbation extrême, voire à la psychose. Ils sont vus comme différents du surmoi précoce sévère ordinaire qui repose sur des pulsions largement intriquées, susceptibles de modifications.

Le débat est toujours en cours sur le degré de changement possible dans le surmoi, la nature précise des parties qui le constituent et la question de savoir s’il est préférable de l’envisager sur le plan conceptuel comme une structure ou comme une fonction.

Articles de référence

Pour obtenir les références complètes des œuvres de Melanie Klein, consulter la rubrique Publications de Melanie Klein.

1923 Freud, S. ‘The ego and the id’ [Le moi et le ça]The Standard Edition of the Complete Psychological Works of Sigmund Freud, Vol. 19  [Œuvres complètes de Freud, Vol XVI] Paris, PUF, 2010.
Introduction du terme de surmoi.

1924 Freud, S. ‘The economic problem of masochism’ [Le problème économique du masochisme]The Standard Edition of the Complete Psychological Works of Sigmund Freud, Vol. 19. [Œuvres complètes de Freud, Vol. XVII] Paris, PUF, 1992.
Exploration de la relation entre la pulsion de mort et le surmoi sadique.

1926 Klein, M. ‘The psychological principles of early analysis’ [Les principes psychologiques de l’analyse des jeunes enfants] in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 166-177.
La mère hostile introjectée est décrite comme le fondement du surmoi précoce persécuteur.

1927a Klein, M. ‘Symposium on child analysis’ [Colloque sur l’analyse des enfants] in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 178-210.
Le surmoi est considéré comme un « produit fort résistant, inaltérable au fond ».

1927b Klein, M. ‘Criminal tendencies in normal children’ [Les tendances criminelles chez les enfants normaux] in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 211-228.
La culpabilité inconsciente est mise en lien avec l’idée d’un surmoi impitoyable.

1928 Klein, M. ‘Early stages of the Oedipus complex’ [Les stades précoces du conflit oedipien] in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 229-241.
Description des stades prégénitaux du surmoi.

1929 Klein, M. ‘Personification in the play of children’ [La personnification dans le jeu des enfants]in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 242-253.
Le surmoi normal est envisagé comme constitué de multiples objets internes (partiels).

1932 Klein, M. ‘Early stages of the Oedipus conflict and of superego formation’ [Les premiers stades du conflit oedipien et la formation du surmoi] in La psychanalyse des enfants, Paris, PUF, 1959, p. 137-162.
Introduction de l’idée du surmoi prenant sa source dans la pulsion de mort.

1933 Freud, S. ‘The dissection of the psychical personality’ [La décomposition de la personnalité psychique]The Standard Edition of the Complete Psychological Works of Sigmund Freud, Vol. 22. [Œuvres complètes de Freud, Vol. XIX] Paris, PUF, 2004.
Résumé des idées de Freud sur le surmoi.

1933 Klein, M. ‘The early development of conscience in the child’ [Le développement précoce de la conscience chez l’enfant] in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 296-306.
Le surmoi est décrit comme formé par une division de la pulsion (la pulsion de mort intriquée avec la libido) où une partie se trouve dirigée contre l’autre.

1934 Strachey, J. ‘The nature of the therapeutic action of psychoanalysis‘. International Journal of Psychoanalysis. 15 : 127-159 ; (1969), La nature de l’action thérapeutique de la psychanalyse in Revue française de psychanalyse, n°2, 1970, p. 255-284.
L’analyste devient un surmoi auxiliaire.

1935 Klein, M. ‘A contribution to the psychogenesis of manic-depressive states’ [Contribution à l’étude de la psychogenèse des états maniaco-dépressifs] in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 311-340.
Elle donne là une description des défenses utilisées au seuil de la position dépressive pour faire face à l’exigence de réparation d’un surmoi persécuteur perfectionniste et sadique.

1948 Klein, M. ‘On the theory of anxiety and guilt’ [Sur la théorie de l’angoisse et de la culpabilité]in M. Klein, P. Heimann, S. Isaacs, J. Riviere, Développements de la psychanalyse, Paris, PUF, 1966, p. 254-273.
La double nature du surmoi est clairement affirmée.

1952 Klein, M. ‘Some theoretical conclusions regarding the emotional life of the infant’ [Quelques conclusions concernant la vie émotionnelle des bébés] in M. Klein, P. Heimann, S. Isaacs, J. Riviere, Développements de la psychanalyse, Paris, PUF, 1966, p. 187-222.
La position dépressive est envisagée comme  modifiant l’extrême sévérité du surmoi.

1952 Rosenfeld, H. ‘Notes on the psychoanalysis of the superego conflict in an acute schizophrenic patient’ [Remarques sur la psychanalyse du conflit surmoïque dans un cas de  schizophrénie aigüe]International Journal of Psychoanalysis. 33 : 111-131, Etats psychotiques, Paris, PUF, 1976, p. 85-134.
La terreur et la culpabilité sont provoquées par l’objet interne détruit.

1957 Klein, M. Envy and Gratitude [Envie et gratitude]. Paris, Gallimard, 1968.
Introduction de l’idée d’un surmoi envieux.

1958 Klein, M. ‘On the development of mental functioning’ [Sur le développement du fonctionnement mental] in Le transfert et autres écrits, Paris, PUF, 1995, p. 51-64.
Melanie Klein détache les figures internes terrifiantes du surmoi et les situe dans les profondeurs de l’inconscient.

1959 Bion, W. ‘Attacks on linking‘, International Journal of Psychoanalysis. 40: 308-315, Attaques contre les liensNouvelle Revue de psychanalyse, n° 25, 1982, p. 285-298 ; publié à nouveau dans Second Thoughts. Heinemann (1967), Réflexion faite, Paris, PUF, 1983 ; et dans E. Spillius (ed.) Melanie Klein Today, Vol. 1. [Melanie Klein aujourd’hui, Vol. 1] Routledge. (1988). 
Notion d’un surmoi destructeur pour le moi.

1962 Bion, W. Learning from Experience. Heinemann (1962), Aux sources de l’expérience, Paris, PUF, 1979.
Notion du lien –C, qui est une forme d’activité surmoïque.

1963 Klein, M. ‘On the sense of loneliness’ [Se sentir seul] in Envie et gratitude, Paris, Gallimard, 1968, p. 119-138.
La solitude est accrue par un surmoi impitoyable.

1968 Money-Kyrle, R. ‘Cognitive development’ [Le développement cognitif]International Journal of Psychoanalysis. 49: 691-698; publié à nouveau dans The Collected Papers of Roger Money-Kyrle [Les écrits de Roger Money-Kyrle]. Strath Tay: Clunie Press (1978); et dans J. Grotstein (ed.) Do I Dare Disturb the Universe? [Oserais-je troubler l’univers ?]. Beverly Hills, CA: Caesura (1981).
Le surmoi impitoyable est une idée erronée.

1985 Brenman, E. ‘Cruelty and narrow mindedness’ [Cruauté et étroitesse d’esprit]International Journal of Psychoanalysis. 66: 273-281; publié à nouveau dans E. Spillius (ed.) Melanie Klein Today, Vol. 1 [Melanie Klein aujourd’hui, Vol. 1] Routledge (1988).
Le surmoi cruel idéalisé réduit la perception.

1999 O’Shaughnessy, E. ‘Relating to the superego’ [Etre en relation avec le surmoi]International Journal of Psychoanalysis. 80 : 861-870.
La différenciation entre surmoi normal et anormal.

2002 Britton, R. ‘Sex, Death and the Superego’  [Le sexe, la mort et le surmoi]. Karnac.
L’importance du développement des fonctions de jugement dans le moi.