Le fantasme inconscient

Dans la théorie kleinienne, les fantasmes inconscients sous-tendent tout processus mental et accompagnent toute activité mentale. Ils sont la représentation mentale des événements somatiques qui surviennent dans le corps et qui englobent les pulsions. Ce sont des sensations physiques interprétées en termes de relations avec des objets qui causent ces sensations. Le fantasme est l’expression mentale des pulsions libidinales et agressives comme des mécanismes de défense contre ces pulsions. Une large part de l’activité thérapeutique de la psychanalyse peut être décrite comme une tentative de transformation du fantasme inconscient en pensée consciente.

Freud a introduit le concept de fantasme inconscient et de fantasmatisation, qu’il concevait comme une capacité de l’esprit humain héritée de la phylogenèse. Melanie Klein a adopté la notion freudienne de fantasme inconscient mais elle l’a considérablement élargie parce que son travail avec les enfants lui a donné une expérience très large de l’étendue du contenu des fantasmes des enfants. Elle et ses successeurs ont mis l’accent sur le fait que les fantasmes interagissent réciproquement avec l’expérience pour former les caractéristiques intellectuelles et émotionnelles en développement de l’individu ; les fantasmes sont considérés comme une capacité fondamentale de l’être humain qui sous-tend la pensée, le rêve, les symptômes et les modes de défense et leur donne forme.

Articles de référence

Pour accéder à l’intégralité des références des œuvres de Melanie Klein, consulter la rubrique Publications de Melanie Klein.

Freud, S. (1911,1916)

1911 ‘Formulations on the two principles of mental functioning’ [Formulations sur les deux principes du cours des événements psychiques]The Standard Edition of the Complete Psychological Works of Sigmund Freud, Vol. 12. Hogarth Press (1958), Œuvres complètes de Freud, Vol. XI, Paris, PUF, 2009.
Le fantasme fonctionne selon le principe de plaisir, faisant équivaloir « la réalité de la pensée avec la réalité externe, et les désirs avec leur accomplissement ». Les fantasmes sont susceptibles de surgir lorsque les désirs instinctuels sont frustrés.

1916-17 ‘The paths to the formation of symptoms’ [Les voies de la formation de symptômes], Lecture 23 of Introductory Lectures on Psychoanalysis in The Standard Edition of the Complete Psychological Works of Sigmund Freud, Vol. 16. Hogarth Press (1963), Œuvres complètes de Freud, Vol. XIV, Paris, PUF, 2000’.
Les sources des fantasmes originaires (la scène primitive, la séduction et la castration) résident dans les pulsions et font partie de l’équipement phylogénétique inné. Le fantasme est vu comme une réalité physique.

Klein, M. (1921, 1932a, 1936, 1952 et en fait la plupart de ses articles)

Melanie Klein ne définit pas le fantasme, mais son insistance sur ce point est évidente tout au long de son travail avec les enfants comme avec les adultes.

1921 ‘The development of a child’ [Le développement d’un enfant] in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 29-89.
Description précise des fantasmes inconscients d’un enfant qui accompagnent ses activités dans la réalité.

1936 ‘Weaning’ [Le sevrage].
Melanie Klein est convaincue que l’analyse révèle les fantasmes qui habitent l’esprit d’un nourrisson « presque depuis la naissance ».

1952 ‘Observations on the behaviour of young infants’ [En observant le comportement des nourrissons] in M. Klein, P. Heimann, S. Isaacs, J. Riviere, Développements de la psychanalyse, Paris, PUF, 1966, p. 223-253.
Il existe une connaissance inconsciente du sein à la naissance qui est un héritage phylogénétique.

Autres

1948 Isaacs, S. ‘On the nature and function of phantasy’ [Nature et fonction du phantasme]International Journal of Psychoanalysis. 29: 73-97; publié à nouveau dans M. Klein, P. Heimann, S. Isaacs and J. Riviere (eds) Developments in Psychoanalysis. Hogarth Press (1952), Développements de la psychanalyse, Paris, PUF, 1966.
Le fantasme inconscient est défini comme « le corollaire mental, le représentant psychique de la pulsion. Il n’y a pas de pulsion, pas de besoin ni de réaction pulsionnelle qui ne soient vécus comme phantasme inconscient. » (p. 79)  et décrit comme une défense contre l’angoisse.

1962 Bion, W. Learning from Experience. Heinemann (1962), Aux sources de l’expérience, Paris, PUF, 1979.
Bion suppose que les individus naissent capables de « préconceptions » qui, lorsqu’elles rencontrent une réalisation par l’expérience, peuvent donner naissance à des « conceptions ».

1991 Hinshelwood, R. D. A Dictionary of Kleinian Throught  2nd edition. Free Association Books. Dictionnaire de la pensée kleinienne, Paris, PUF, 2000.
L’accent est mis sur les découvertes de Melanie Klein qui ont montré que les fantasmes peuvent accompagner des activités dans la réalité. Les fantasmes inconscients expriment tacitement la croyance que les sensations corporelles sont causées par des objets internes psychiques. Discussion détaillée du fantasme inconscient dans la section Controversial Discussions [Grandes Controverses] 1941-1945.