La réparation

La réparation fait partie intégrante de la position dépressive. Elle est fondée sur l’amour et le respect éprouvés pour l’autre, vécu comme une personne séparée de soi. Elle implique de pouvoir affronter la perte et la destruction et de faire des efforts pour réparer et restaurer ses objets. Pour être effective, la réparation doit s’accompagner d’une forme et d’un degré de culpabilité qui ne doivent pas être trop importants au point d’entraîner le désespoir, mais qui puissent engendrer l’espoir et la sollicitude. Dans les états de dépression, la réparation offre en elle-même une issue au désespoir en encourageant des cercles vertueux plutôt que des cercles vicieux. Elle représente une racine importante de toute activité créative et une part essentielle du  développement humain.

Articles de référence

Pour des références plus complètes, consulter la rubrique Publications de Melanie Klein .

1922 Klein, M.  ‘Inhibitions and difficulties at puberty’ [Inhibitions et difficultés à l’âge de la puberté].

1927 Klein, M. ‘Criminal tendencies in normal children’ [Les tendances criminelles chez les enfants normaux] in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 211-228.

1929 Klein, M. ‘Infantile anxiety situations reflected in a work of art and in the creative impulse’ [Les situations d’angoisse de l’enfant et leur reflet dans une œuvre d’art et dans l’élan créateur]in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 254-262.

1940 Klein, M. ‘Mourning and its relation to manic-depressive states’ [Le deuil et ses rapports avec les états maniaco-dépressifs] in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 341-369.

1945 Klein, M. ‘The Oedipus complex in the light of early anxieties’ [Le complexe d’Œdipe éclairé par les angoisses précoces] in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 270-324.