La formation de symbole

L’expression « formation de symbole » est utilisée en psychanalyse pour désigner un mode de représentation indirect ou figuratif d’une idée, d’un conflit ou d’un désir important. L’aptitude à passer d’un mode de relation concret aux objets archaïques à un mode de relation symbolique à des objets de substitution (les symboles) est à la fois un accomplissement du développement et un mouvement qui s’opère du fait des angoisses en jeu dans les relations aux premiers objets. Melanie Klein a élargi les idées de Freud et de Jones sur les symboles, en montrant en particulier l’importance symbolique du jeu et comment la sublimation dépend de l’aptitude à symboliser. Hanna Segal a développé davantage la théorie des symboles de Melanie Klein en distinguant entre le véritable symbole qui se forme à la position dépressive et une version plus primitive, l’équation symbolique, qui appartient au mode de fonctionnement schizo-paranoïde. Dans l’équation symbolique, le symbole est l’équivalent de la chose symbolisée.

Articles de référence

Pour accéder à toutes les références des œuvres de Melanie Klein, consulter la rubrique Publications de Melanie Klein.

1895 Freud, S. and Breuer, J. Studies in Hysteria. Translated from the German and edited by J. Strachey and A. Strachey. New York : Basic Books (1957), Etudes sur l’hystérie, in Œuvres complètes de Freud, Vol II, Paris, PUF, 2009.
La formation de symptôme passe par la symbolisation.

1900 Freud, S. The Interpretation of DreamsThe Standard Edition of the Complete Psychological Works of Sigmund Freud, Vol. 4. Hogarth Press (1953), L’interprétation du rêve in Oeuvres complètes de Freud, Vol. IV, Paris PUF, 2003.].
L’importance du symbolisme dans les rêves.

1916 Jones, E. ‘The Theory of Symbolism‘, British Journal of Psychology. Vol. 9. 2: 181-229; publié à nouveau dans Papers on Psychoanalysis. Balliere, Tindall and Cox (1950). La théorie du symbolisme : traité théorique et pratique de psychanalyse, Paris, Payot, 1925, p. 206-277.  
Une  première théorie du symbolisme limitée qui a eu de l’influence, notamment pour différencier le symbolisme de la sublimation.

1923a Klein, M. ‘The role of school in the libidinal development of the child’ [Le rôle de l’école dans le développement libidinal de l’enfant] in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 90-109.
L’apprentissage est inhibé lorsque les mots et les chiffres sont chargés d’une signification symbolique concrète effrayante.

1923b Klein, M. ‘Early analysis’ [L’analyse des jeunes enfants] in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 110-141.
A l’inverse de Jones, Melanie Klein conclut que le symbolisme est le fondement de toute sublimation.

1929a Klein, M. ‘Personification in the play of children’ [La personnification dans le jeu des enfants] in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 242-253.
La symbolisation dans le jeu.

1929b Klein, M. ‘Infantile anxiety-situations in a work of art and in the creative impulse’ [Les situations d’angoisse de l’enfant et leur reflet dans une œuvre d’art et dans l’élan créateur] in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 254-262.
La symbolisation dans le jeu.

1930 Klein, M. ‘The importance of symbol formation in the development of the ego’ [L’importance de la formation du symbole dans le développement du moi] in Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1968, p. 263-278.
La position finale de Melanie Klein sur la formation de symbole.

1952 Segal, H. ‘A psychoanalytic approach to aesthetics’ [Une approche psychanalytique de l’esthétique]International Journal of Psychoanalysis. 33: 196-207; publié à nouveau dans M. Klein, P. Heimann and R. Money-Kyrle (eds.) New Directions in Psychoanalysis. [Nouvelles directions en psychanalyse] Tavistock (1955); et dans The Work of Hanna Segal [L’oeuvre d’Hanna Segal]. New York: Jason Aronson (1981).
Le lien entre l’esthétique et la position dépressive.

1957 Segal, H. ‘Notes on symbol formation’ [Notes sur la formation de symboles]International Journal of Psychoanalysis. 38: 391-397; publié à nouveau dans The Work of Hanna Segal [L’œuvre d’Hanna Segal]. New York: Jason Aronson (1981) et dans E. Spillius (ed.) Melanie Klein Today, Vol. 1 [Melanie Klein aujourd’hui, Vol. 1] Routledge (1988). Revue française de psychanalyse,  Vol 34, n° 4, 1970, p. 685-696.
Un travail emblématique sur la symbolisation.

1974 Segal, H. ‘Delusion and artistic creativity’ [Délire et créativité]International Review of Psychoanalysis. 1: 135-141; publié à nouveau dans The Work of Hanna Segal [L’œuvre d’Hanna Segal]. New York: Jason Aronson (1981) et dans E. Spillius (ed.) Melanie Klein Today Vol 2. [Melanie Klein aujourd’hui, Vol. 2] Routledge (1988). In Délire et créativité, essais de psychanalyse clinique et théorique, Paris, Editions des Femmes, 1987.
Le roman de Golding The Spire [La nef] est utilisé pour explorer quelques aspects de la créativité.

1979 Segal, H. ‘Postscript to ‘Notes on symbol formation’’ [Post-scriptum à « Notes sur la formation de symbole »]The Work of Hanna Segal [L’œuvre d’Hanna Segal]. New York: Jason Aronson [1981).
Hanna Segal affine sa théorie du symbole de 1957 en utilisant les notions de contenant et de contenu de Bion.