1945

Melanie Klein et sa petite-fille Diana
Melanie Klein et sa petite-fille Diana.

Melitta Schmideberg quitte le Royaume-Uni, désormais séparée de son mari Walter, et déménage à New York. Elle vivra là-bas jusqu’en 1961 et y travaillera auprès d’adolescents délinquants.

Melanie Klein passe le mois d’août dans une ferme avec sa bru Judy et ses petits-enfants Michael et Diana.


1946

Le 4 décembre, Melanie Klein présente son article «Notes on Some Schizoid Mechanisms» [Notes sur quelques mécanismes schizoïdes] à la Société britannique de psychanalyse. C’est l’une des oeuvres les plus importantes de sa carrière qui marque un moment charnière dans la pensée psychanalytique, car elle détaille les concepts de clivage du moi et d’identification projective.

Après de nombreux débats au sein de la Société britannique de psychanalyse, les groupes «A» et «B» et ce qui est connu sous le nom de « Middle Group » sont finalement institués, assurant une résolution urgente des différences irréconciliables en cours entre les annafreudiens et les kleiniens. Les querelles amères qui ont fait rage au sein de la Société pendant des années sont maintenant, tout au moins partiellement, apaisées et la Société semble pouvoir survivre.


1947

Melanie Klein avec Anna Freud, Ernest Jones et d’autres assis autour d’une table et se passant un chaton
Melanie Klein avec Anna Freud, Ernest Jones et d’autres assis autour d’une table et se passant un chaton, vers 1948.

John Rickman, psychanalyste britannique qui avait été analysé par Freud, Ferenczi et Klein, est élu président de la Société britannique. Comme il est membre du « Middle Group »  – c’est-à-dire ni annafreudien, ni kleinien – la nomination de Rickman représente un effort délibéré pour préserver un gouvernement neutre au sein de la Société.


Photographie de Susan Isaacs prise en 1933, avec la mention « Avec toute mon affection pour Melanie. 1947 » écrite au dessous
Photographie de Susan Isaacs prise en 1933, avec la mention « Avec toute mon affection pour Melanie. 1947 » écrite au dessous.

1948

Susan Isaacs meurt du cancer le 12 octobre, à l’âge de 63 ans.


1949

Au seizième Congrès Psychanalytique de Zurich, Melanie Klein revoit sa fille Melitta Schmideberg pour la première fois depuis quatre ans. Elles ne se parlent pas.


1951

Melanie Klein à un colloque à Paris vers 1950
Melanie Klein à un colloque à Paris vers 1950.

En préambule à la célébration du soixante-dixième anniversaire de Melanie Klein, ses collègues et amis publient Developments in Psychoanalysis [Développements de la Psychanalyse], qui comporte des textes de Paula Heimann, Susan Isaacs, Joan Riviere et Melanie Klein.

L’ancien amant de Melanie Klein, Chezkel Zvi Kloetzel, meurt le 27 octobre.


1952

Ernest Jones organise un dîner au restaurant Kettner’s (29 Romilly St, Soho, Londres) pour célébrer le soixante-dixième anniversaire de Melanie Klein.

Le dîner d’anniversaire des soixante-dix ans de Melanie Klein chez Kettner’s
Le dîner d’anniversaire des soixante-dix ans de Melanie Klein chez Kettner’s.

Sur la photo, dans le sens des aiguilles d’une montre en partant de la gauche: [assis] Marion Milner, Sylvia Payne, Eric Klein, Roger Money-Kyrle, Clifford Scott, Paula Heimann, James Strachey, Gwen Evans, [inconnu], Michael Balint, Judy Klein (femme d’Eric Klein), [debout] Melanie Klein, Ernest Jones, Herbert Rosenfeld, Joan Riviere, Donald Winnicott.


1953

L’appartement de Melanie Klein à Bracknell Gardens
L’appartement de Melanie Klein à Bracknell Gardens, Londres vers 1959.

Après une période de maladie et de vertiges (et un bref séjour à l’hôpital) attribués à une fatigue excessive et à une surcharge de travail, Melanie Klein vend sa maison de Clifton Hill et emménage dans un appartement plus petit au 20 Bracknell Gardens, Hampstead à Londres.

Melanie Klein commence à travailler à son autobiographie. Redécouverte en 2015 parmi les papiers archivés par Roger Money-Kyrle, l’autobiographie a été transcrite par Robert Hinshelwood et publiée en 2016. 


1954

Melanie Klein dans les années cinquante
Melanie Klein dans les années cinquante.

Walter Schmideberg, le gendre de Melanie Klein dont elle est désormais éloignée, meurt d’une affection en lien avec un ulcère en Suisse, alors qu’il est séparé depuis longtemps de sa femme Melitta.


1955

Le 1er février Melanie Klein crée le Melanie Klein Trust, auquel elle songeait depuis plusieurs années. Elle invite Wilfred BionPaula Heimann, Betty Joseph, Roger Money-Kyrle et Hanna Segal à devenir administrateurs et donne 600 livres pour que le Trust puisse fonctionner.

Publication de New Directions in Psychoanalysis [Nouvelles directions en psychanalyse].

Melanie Klein assiste au Congrès de Genève les 24 et le 25 juillet. Le premier jour, Melanie Klein présente un article,  «A Study of Envy and Gratitude» [Une étude de l’envie et de la gratitude]. C’est l’un de ses articles les plus controversés qui suscite une vive réaction critique. Paula Heimann, qui n’est désormais plus en bons termes avec Melanie Klein, fait partie de ceux qui critiquent les affirmations de l’article.

Le 24 novembre, Melanie Klein écrit à Paula Heimann pour lui demander de démissionner de sa fonction d’administrateur du Melanie Klein Trust nouvellement constitué. Signifiant la fin de leur longue et étroite amitié, Paula Heimann quitte peu après également le groupe kleinien.


1956

Avec l’aide de son ancien analysant Elliott Jaques, Melanie Klein commence à trier et examiner ses notes sur Richard. Celles-ci deviendront Narrative of a Child Analysis [La psychanalyse d’un enfant], son seul compte-rendu intégral d’une analyse.

Le 6 mai, la Société célèbre le centenaire de la naissance de Freud.

Donald Winnicott est élu président de la Société britannique de psychanalyse.


1957

Photographie d’Ernest Jones
Photographie d’Ernest Jones.

Le très controversé Envy and Gratitude [Envie et gratitude] paraît en juin. L’article de Melanie Klein du congrès de Genève de 1955 a été  développé avec l’aide d’Elliott Jaques.

Pour son soixante-quinzième anniversaire, Melanie Klein reçoit de la Société britannique de psychanalyse une parure d’or et de rubis d’époque victorienne.


1958

Ernest Jones meurt le 11 février à l’âge de 79 ans.

Ecouter un enregistrement de la voix de Melanie Klein réalisé à peu près à cette époque.

Transcription: « [Je connais] un analyste fort réputé de Berlin qui disait qu’il se passait parfois des mois sans qu’ [il] dise un mot. C’est [certainement] une attitude que je ne pense pas que Freud partageait, ni Abraham. J’ai de bonnes raisons de penser que Freud ne la partageait pas non plus et je sais de manière certaine qu’Abraham ne la partageait pas. Mais si je compare les interprétations actuelles avec les interprétations données à l’époque par Abraham, nous donnons beaucoup plus d’interprétations et, ce qui est plus important, elles sont plus profondes et établissent davantage un lien avec l’inconscient. »


1959

Après avoir été initialement commencée puis laissée inachevée par le psychanalyste et philosophe français Jacques Lacan, la traduction française de Psycho-analysis of Children [La Psychanalyse des enfants] de Melanie Klein paraît finalement dans une traduction de Françoise et Jean-Baptiste Boulanger.

Melanie Klein avec son petit-fils Michael en 1958
Melanie Klein avec son petit-fils Michael en 1958.

Melanie Klein lit son article ‘Our Adult World and its Roots in Infancy’ [Les racines infantiles du monde adulte] devant un auditoire de sociologues à Londres.

Melanie Klein présente son article ‘On the Sense of Loneliness’ [Se sentir seul] au congrès de Copenhague en juillet. Dans cet article elle explore la nostalgie du retour impossible à la première expérience du bébé d’une mère totalement dévouée. Cet article sera publié plus tard dans Envy and Gratitude and Other Works 1946-1963 [Envie et gratitude et autres essais].


1960

Klein, 1959
Melanie Klein photographié de Jane Bown en 1959.

On diagnostique au printemps chez Melanie Klein une anémie. Elle est de plus en plus épuisée et faible physiquement.

Pendant l’été, Melanie Klein se rend en Suisse à Villars-sur-Ollon déterminée à retrouver la santé. Son fils Eric la rejoint, mais elle est maintenant dangereusement malade. Elle rentre en Grande-Bretagne où elle est immédiatement hospitalisée. On diagnostique un cancer du colon et elle est opérée au début du mois de septembre. L’opération semble initialement avoir réussi, mais des complications surgissent après que Melanie Klein soit tombée de son lit et se soit brisé une hanche. Melanie Klein meurt le 22 septembre.

Elle est incinérée au crématorium de Golders Green. De nombreux collègues et amis assistent à ses funérailles. Sa fille Melitta n’est pas là.


Voir davantage d’images de l’archive – cliquer sur une vignette pour l’agrandir: